Introduction au langage Pascal

Mai 2015

Un peu d'histoire


Ce langage a été créé en 1969 à l'école polytechnique de ZURICH par N. WIRTH. Il a été conçu pour permettre d'enseigner la programmation comme une science. Ce langage est à la base d'une nouvelle méthode de programmation : la programmation structurée, et c'est pour cette raison que ce langage a eu un tel succès dans l'enseignement. Il s'agit d'un langage de 3ème génération.


En 1975, PASCAL a très largement pénétré le monde de la recherche et des universités. Pour son développement, PASCAL devait être accepté dans le monde industriel, ce qui a été plus ou moins bien réussi grâce à :

  • De bonnes relations entre les universités et les industries (aux USA !)
  • Les caractéristiques propres à PASCAL (simplicité, fiabilité)
  • L'effort du DoD (département de la défense américaine). Dès 1975, il y a création d'un groupe de travail (High Order Language Working Group) chargé de déterminer les caractéristiques d'un langage de haut niveau bien adapté au développement de ses applications militaires et permettant d'apporter des réponses à la crise du logiciel. L'étude a montré qu'un nouveau langage devait être créé à partir du PASCAL.



A l'époque, c'est-à-dire la préhistoire, Pascal a été adopté par de nombreux constructeurs comme langage de développement (CRAY Computer, ICL, Texas Instruments...), et surtout, le compilateur PASCAL a été rapidement disponible sur les micro-ordinateurs.

Les atouts du Pascal




"Le langage C est un des langages les plus utilisés actuellement. Cela est dû au fait que le langage C est un langage comportant des instructions et des structures de haut niveau (contrairement à l'assembleur par exemple) tout en générant un code très rapide grâce à un compilateur très performant.
Cela est dû en réalité au fait que les instructions du langage sont faites de telle façon à être assez proches du langage machine, ce qui se traduit par un programme compact (donc rapide) dans la mesure où le programmeur respecte une syntaxe proche des spécifications...


Ainsi, les programmes en C sont très peu long. La contrepartie est bien évidemment que le langage C reste un langage assez compliqué.

Toutefois, son apprentissage est désormais nécessaire pour quiconque s'intéresse à la programmation, et cet apprentissage vaut le coup !"


Pareil pour le Pascal, mais en un peu moins. Le Pascal est un langage de développement le plus utilisé pour l'enseignement, et un des plus utilisé en programmation professionnelle sur micro-ordinateur. D'une manière générale, il se raconte que le PASCAL est le langage des "amateurs" et le C celui des professionnels. Cela énerve beaucoup la multitude de très bons programmeurs en PASCAL, et valorise les développeurs C (qui peuvent d'ailleurs être tout aussi bons !). La grande famille des PASCALIENS est extrêmement vivante, à travers des forums et des listes de diffusion.


Le Pascal permet de manipuler tout type de variable au même titre que le C, sauf en ce qui concerne les accès directs à la mémoire (pointeurs) pour lesquels il est un peu fastidieux. Malgré tout, il est possible de programmer en Pascal tout ce qu'il est possible de faire en C.


Le Pascal impose une structure de programme cohérente, avec la définition systématique des variables et des types, ce qui permet d'avoir un contrôle maximum à l'exécution. Le fait que le recours aux pointeurs ne soit pas sa tasse de thé oblige à faire dès le départ une bonne analyse, en forçant le programmeur à respecter sa philosophie et à garder une bonne transposition algorithme/programme. Le code est relativement compact mais permet une très bonne lisibilité, donc une maintenance aisée (en théorie...). Enfin, la structuration permet de découper le programme en unités de travail, chacune ayant ses propres variables et types. La conception descendante de la structure du programme permet ce découpage et augmente la logique de la structure et la lisibilité. Il y a beaucoup moins de possibilités d'écrire un programme en Pascal qu'un programme en C, car l'utilisation à outrance des astuces de programmation (rendant le code illisible) est limitée.


La rapidité d'exécution d'un programme écrit en Pascal est très bonne, à peine moins élevée que celle d'un (bon) programme écrit en C, et la taille des exécutables est relativement compacte, bien que cet aspect soit de plus en plus anodin au regard des applications Windows où la taille du programme est conditionnée par les "ressources", c'est-à-dire les images et autres icônes.


Maintenant, devinez en quoi je programme !

Histoire du Turbo Pascal


L'essor du Pascal a suivi celle de la micro-informatique, grâce notamment à Philippe Khan, Français bien connu qui a le premier commercialisé un compilateur performant et fiable : Turbo Pascal. Il a fondé la société BORLAND et est actuellement le PDG (CEO) de la société STARFISH.


Turbo Pascal proposait un environnement complet (pour l'époque) de programmation avec éditeur de texte performant, compilateur, aide et tout et tout. Avec les produits concurrents, il fallait écrire le code dans un éditeur de texte séparé (vu le niveau de ces éditeurs à l'époque...), puis sortir et lancer le compilateur en ligne de commande (du style "tpc -f -i -o monprog.pas monprog.exe"), puis lancer le programme pour le tester. Dans Turbo Pascal, une seule touche suffisait pour faire tout ça. Depuis, BORLAND en faisant vivre son Turbo Pascal n'a cessé d'apporter des améliorations intelligentes au langage, qui du coup n'était plus au standard de M. WIRTH. Mais puisqu'il avait un quasi monopole, cela lui fut plus facile que pour le langage C, pour lequel un comité de normalisation doit se rassembler pour chaque évolution, avec de coûteuses bagarres à la clé. Le PASCAL (en tout cas le Turbo Pascal) a pu ainsi évoluer en gardant son esprit et sa philosophie.


Vinrent ensuite les versions de plus en plus perfectionnées, jusqu'à la 6 qui dispose d'un environnement à fenêtre (sous DOS of course), d'une programmation Objet et d'une bibliothèque nommée Turbo Vision, sorte de Windows-Like en mode texte, qui permet de développer des applications supportant la souris, les boutons, la touche Tab (beurk !), les raccourcis clavier, etc.


La version 7 est déclinée en deux versions : une pour DOS et une pour Windows avec l'apparition d'OWL (Object Windows Library), un genre de Turbo Vision pour Windows, qui permettait déjà d'encapsuler, c'est-à-dire de cacher la complexité des API de Windows, mais ça n'était pas encore ça, d'autant plus qu'un petit concurrent sortit alors : Microsoft Visual Basic (VB) et sa programmation "visuelle". La réponse de BORLAND fut quasi instantanée, et une bande de programmeurs géniaux inventa "Delphi" en 1995, environnement hérité de Turbo Pascal. Delphi marqua immédiatement des points grâce à un compilateur performant générant du vrai code machine (contrairement à VB qui était un interpréteur ou un pseudo-compilateur), un environnement "bidirectionnel" (l'ajout d'un objet sur une fenêtre par glisser/déposer provoque l'écriture automatique de code et inversement), une très bonne transition avec le Turbo Pascal Objet, et la fameuse VCL (Visual Component Library) dont les sources sont livrées et qui sont une mine d'information et de formation aux programmeurs de tout poil.


Delphi 16 bits est toujours livré en même temps que la dernière version, Delphi 5 qui permet de générer des applications pour les Windows 32 bits (95, 98, NT, 2000).


BORLAND (ex-INPRISE, ex-BORLAND) cible désormais le monde des entreprises avec des solutions Client/Serveur, Multi-Tiers, Web.


Article écrit par Thierry Cornu



Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Introduction-au-langage-pascal .pdf

Réalisé sous la direction de , fondateur de CommentCaMarche.net.

A voir également

Ce document intitulé «  Introduction au langage Pascal  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.