Attaques par débordement de tampon (buffer overflow)

Décembre 2016

Introduction au buffer overflow

Les attaques par « débordement de tampon » (en anglais « Buffer overflow », parfois également appelées dépassement de tampon) ont pour principe l'exécution de code arbitraire par un programme en lui envoyant plus de données qu'il n'est censé en recevoir.

En effet, les programmes acceptant des données en entrée, passées en paramètre, les stockent temporairement dans une zone de la mémoire appelée tampon (en anglais buffer). Or, certaines fonctions de lecture, telles que les fonctions strcpy() du langage C, ne gèrent pas ce type de débordement et provoquent un plantage de l'application pouvant aboutir à l'exécution du code arbitraire et ainsi donner un accès au système.

La mise en oeuvre de ce type d'attaque est très compliquée car elle demande une connaissance fine de l'architecture des programmes et des processeurs. Néanmoins, il existe de nombreux exploits capable d'automatiser ce type d'attaque et la rendant à la portée de quasi-néophytes.

Principe de fonctionnement

Le principe de fonctionnement d'un débordement de tampon est fortement lié à l'architecture du processeur sur lequel l'application vulnérable est exécutée.

Les données saisies dans une application sont stockée en mémoire vive dans une zone appelée tampon. Un programme correctement conçu doit prévoir une taille maximale pour les données en entrées et vérifier que les données saisies ne dépassent pas cette valeur.

Les instructions et les données d'un programme en cours d'exécution sont provisoirement stockées en mémoire de manière contigûe dans une zone appelée pile (en anglais stack). Les données situées après le tampon contiennent ainsi une adresse de retour (appelée pointeur d'instruction) permettant au programme de continuer son exécution. Si la taille des données est supérieure à la taille du tampon, l'adresse de retour est alors écrasée et le programme lira une adresse mémoire invalide provoquant une faute de segmentation (en anglais segmentation fault) de l'application.

Un pirate ayant de bonnes connaissance techniques peut s'assurer que l'adresse mémoire écrasé corresponde à une adresse réelle, par exemple située dans le tampon lui-même. Ainsi, en écrivant des instructions dans le tampon (code arbitraire), il lui est simple de l'exécuter.

Il est ainsi possible d'inclure dans le tampon des instructions ouvrant un interprêteur de commande (en anglais shell) et permettant au pirate de prendre la main sur le système. Ce code arbitraire permettant d'exécuter l'interprêteur de commande est appelé shellcode.

Se protéger d'un Buffer overflow

Pour se protéger de ce type d'attaque, il est nécessaire de développer des applications à l'aide de langages de programmation évolués, assurant une gestion fine de la mémoire allouée ou bien à l'aide de langage de bas niveau en utilisant des bibliothèques de fonctions sécurisées (par exemple les fonctions strncpy()).

Des bulletins d'alerte sont régulièrement publiés, annonçant la vulnérabilité de certaines applications à des attaques par débordement de tampon. Suite à ces bulletins d'alerte, les éditeurs des logiciels touchés par la vulnérabilité publient généralement des correctifs (patchs) permettant de corriger la faille. Tout administrateur système et réseau se doit de se tenir informé des alertes de sécurité et d'appliquer le plus rapidement possible les correctifs.

Plus d'informations


A voir également :


Buffer overflow attacks
Buffer overflow attacks
Ataques por desbordamiento de búfer
Ataques por desbordamiento de búfer
Angriffe durch Pufferüberlauf (buffer overflow)
Angriffe durch Pufferüberlauf (buffer overflow)
Attacchi buffer overflow
Attacchi buffer overflow
Ataques por profusão de tampão  (buffer overflow)
Ataques por profusão de tampão (buffer overflow)
Ce document intitulé «  Attaques par débordement de tampon (buffer overflow)  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.