La photo animalière

Décembre 2016

Présentation


La photographie animalière consiste à prendre des clichés d'animaux, qu'ils soient sauvages ou domestiques, dans leur environnement. En plus d'un grand sens de l'observation et d'une certaine discrétion, le photographe d'animaux doit être équipé en conséquence : boitier reflex silencieux et réactif, longues focales et un trépied pour supporter le poids du matériel.

Techniques


  • Animaux sauvages : difficiles à approcher, ils sont également difficiles à trouver. Connaitre l'environnement et le terrain fait partie des qualités du photographe. Tel un chasseur, il doit pouvoir se rapprocher sans se faire repérer. La mise en place de la prise de vue est aussi délicate. Certains photographes n'hésitent pas à planquer, dans des cabanes ou des tentes adaptées, se camouflant ainsi dans leur espace. Une longue focale est souvent nécessaire, afin de pouvoir faire des gros plans sans forcément être vu.

  • Animaux domestiques : apprivoisés, ils sont forcément plus faciles à prendre en photo. Pourtant, la tâche n'est pas toujours aisée. Il faut alors retenir leur attention face à l'objectif tout en prenant le cliché au bon moment. Il convient alors de préparer sa photographie, en choisissant correctement ses réglages et en attirant le regard de l'animal vers vous avant même de sortir l'appareil photo. L'autre avantage est de pouvoir être plus près et d'utiliser un grand angle, donnant alors des images plus originales. On peut alors se passer d'un trépied.
  • Les réglages : les animaux ne sont pas statiques et ne prendront pas forcément la pose. Optez pour une vitesse d'obturation supérieur au 1/250s, à adapter en fonction du mouvement du sujet et de la focale utilisée. Pour éviter un flou de bougé et de mouvement, avec un 600mm par exemple, faire une photo au 1/1000s n'est pas aberrant. Il faudra alors ouvrir le diaphragme de son objectif au maximum pour compenser et avoir une exposition correcte. Attention tout de même à la profondeur de champ qui se réduit lorsque vous ouvrez plus votre diaphragme. De même pour la sensibilité, choisissez un faible ISO (100 par exemple), mais augmentez si cela ne suffit pas.

Matériel

  • Le reflex : en plus d'une bonne cadence de prise de vue, le boitier doit être réactif en autofocus. Les sujets pouvant se déplacer rapidement, un bon autofocus assure une image nette. Pour les situations extrêmes, un boitier robuste et tropicalisé apporte un certain confort (résistance aux infiltrations d'eau, de sable, etc).
  • Les objectifs : de 70 à 200mm pour les animaux que l'on peut approcher, un 500 ou 600mm vous permettra de faire des gros plans d'animaux plus sauvages. Le stabilisateur sur de telles focales est un atout supplémentaire pour assurer une image nette sur des sujets très éloignés tout en pouvant baisser sa vitesse d'obturation.

Accessoires


  • Le trépied ou le monopod est l'accessoire indispensable lorsque l'on travaille avec une longue focale. Il doit pouvoir supporter le poids de votre couple boitier-objectif. *Une rotule adaptée est également nécessaire, la pendulaire par exemple permet de cadrer rapidement et facilement avec un gros téléobjectif.
  • Un blimp, qui insonorisera votre boitier n'est pas forcément indispensable mais vous permettra d'être très discret. Il camouflera le bruit du boitier pendant le déclenchement.
  • Une paire de jumelle : pratique voire indispensable pour les repérages.

A voir également :

Ce document intitulé «  La photo animalière  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.