La sensibilité ISO

Décembre 2016

Présentation


La sensibilité détermine la réactivité de la surface sensible à la lumière : le capteur ou la pellicule en argentique.
ISO est l'abréviation de International Standard Organisation, anciennement appelée ASA (American Standards Association). C'est la norme utilisée pour avoir une échelle de référence de la rapidité des surfaces sensibles.

De l'argentique au numérique


A l'ère de l'argentique, la sensibilité était déterminée par le choix de la pellicule : Tmax100, 400 ou 3200, Ilford Fp4 125. Ce choix obligeait le photographe à utiliser entièrement sa pellicule à la sensibilité de celle-ci. Il fallait faire le bon choix de pellicule en fonction des conditions d'utilisation.
Le numérique, avec l'apparition des capteurs, a permis aux photographes de choisir une sensibilité à n'importe quel moment. Alors que les pellicules étaient limitées autrefois de 50 à 3200iso, on peut aujourd'hui aller jusqu'à 102400 iso sur certains appareils comme le Nikon D3s.
Pour pouvoir changer de sensibilité, le capteur modifie son mode de fonctionnement : il ne devient pas plus sensible mais il amplifie le signal de sortie. C'est cette amplification qui crée des parasites.

Choix de la sensibilité


En fonction de la sensibilité que vous choisissez, vous devez adapter vos différents réglages : ouverture du diaphragme, temps de pose (ou d'obturation). On choisira alors sa sensibilité en fonction des conditions de prise de vue et des choix ou des limites techniques de son appareil. Par exemple, pour avoir une exposition identique, on devra fermer le diaphragme et augmenter sa vitesse d'obturation en augmentant sa sensibilité.
Le principal inconvénient de la montée en ISO, en augmentant la sensibilité de son capteur, est la perte de qualité de l'image à cause du bruit numérique. Ce dernier se caractérise par des parasites : points colorés, pixels voyants, qui peuvent se voir très rapidement à partir de 400 ISO sur certains appareils.
Choisir une sensibilité plus élevée n'est donc pas une solution pour ne pas avoir à régler vos différents paramètres, mais un choix à faire parce que les conditions ne vous en laissent pas le choix.

Les différentes sensibilités et les conditions qui s'y prêtent :
  • 50-100 ISO : nature morte, paysage, scènes extérieures par temps ensoleillé
  • 100-200 ISO : scènes extérieures par temps légèrement ensoleillé, travail au flash
  • 200-400 ISO : scènes extérieures par temps couvert, travail au flash intérieur
  • 400-800 ISO : scènes intérieures en faible éclairage, concert
  • 800-1600 ISO : scènes intérieures en très faible éclairage, concert
  • 3200 ISO et plus : scènes intérieures en très faible luminosité


Évidemment, tous ces choix en fonction des conditions sont à adapter en fonction de votre matériel : objectif utilisé, ouverture du diaphragme maximum, trépied, sujets en mouvement et sa vitesse, temps de pose, etc. Il existe d'autres scènes possibles, seules les plus courantes sont énoncées.
Posez vous également la question de l'utilisation que vous allez faire de vos photos. Un bruit présent à 800 ISO sera bien visible sur un grand tirage papier mais pas forcément en format 10x15 ou en plus petit sur un site internet.

Sources images : Nikon, Ilford, Julien Achard

A voir également :

Ce document intitulé «  La sensibilité ISO  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.