Tourner un film

Décembre 2016

Préparer le tournage


Avant de commencer à tourner il est important de :
  • Faire un repérage des lieux
  • Faire un casting des futurs comédiens
  • Connaître la météo, si le tournage a lieu en extérieur
  • Préparer les costumes
  • Demander les autorisations de tournage


Il s'agit ici de tourner les scènes prévues par le storyboard. Pour des raisons pratiques (météo, jour, nuit, présence de tel comédien) les scènes ne sont pas forcément tournées dans l'ordre imposé par le scénario. Il est donc important de bien nommer la scène quand on commence à tourner.

Un même plan peut être tourné plusieurs fois. La meilleure prise sera gardée au montage.

Le jour du tournage


Pour un tournage de long métrage, l'équipe de pré production pourra contacter Film France qui lui indiquera les coordonnées des Commissions Locales. Celles-ci pourront aider l'équipe :
  • dans son repérage,
  • en lui mettant un bureau de production à disposition
  • en l'aidant à obtenir les autorisations de tournage
  • en lui fournissant un fichier des techniciens (cadreur, perchman, décorateur...) de la région.


Faire en sorte que l'ensemble du matériel nécessaire ait été vérifié pour éviter de réunir une équipe le jour « J » et avoir du matériel en panne.

Organiser son équipe de tournage

  • cadreur,
  • perchman, ingénieur du son
  • maquilleur, coiffeur
  • habilleuse
  • le ou la script
  • acteurs
  • réalisateur

Prévoir le matériel


  • une ou plusieurs caméras numériques. Pour vous aider dans votre choix, lire le guide d'achat Comment choisir son caméscope numérique.
  • des cassettes ou cartes mémoires vides et neuves
  • des batteries d'au minimum 4h
  • des micros (pensez aux bonnettes pour éviter le bruit du vent lors des tournages en extérieur), le micro de la caméra ne prend que les sons proches. une perche pour mettre le micro en hauteur au dessus des personnages.
  • un casque pour bien entendre ce que l'on enregistre sur la piste « son une mixette ou petite table de mixage
  • un grand angle pour les tournages à l'intérieur et éviter d'être obligé de monter sur les meubles.
  • une steady cam ou stabilisateur externe
  • une ou des lampes : prévoir une torche, ou des spots, des miroirs ou des draps blancs pour accentuer la lumière,
  • un trépied ou mono-pied, si on prévoit de faire une interview et que l'image reste fixe.


Le clap du début de prise permet au montage de bien synchroniser le son et l'image !

Ça tourne !


Pour une bonne prise de vue, il faut avant tout, tenir sa caméra correctement, si possible pas à bout de bras car les bras tremblent trop.
  • Appuyer un de ses bras sur un élément fixe : poteau, arbre, voiture peut être très utile.
  • Mettre une main dans la sangle et du coté opposé mettre son autre main en appui, sous l'écran.

Les unités de construction


Comme précisé dans le story-board, le film est divisé en séquences, puis en scènes et enfin en plans.
Dans le langage du cinéma, le plan est une prise de vue sans interruption.
Le plan est caractérisé par « ça tourne » qui signifie que la caméra commence à enregistrer et « coupez » qui marque la fin de la prise.

Faire sa mise au point de caméra


Il s'agit ici de régler sa profondeur de champs, c'est-à-dire définir la distance de netteté avant et après le sujet sur lequel on fait sa mise au point.

Le stabilisateur


Mettre à profit le stabilisateur d'images de votre caméra, optique ou numérique. On sait par exemple qu' stabilisateur optique tempère les mouvements de façon "coulante" alors que le stabilisateur numérique va plutôt les figer.

Le zoom avec parcimonie


L'utilisation du zoom optique ou numérique sera autant que possible très limité. Les images grossies très vite ou dézoomées très vite ne sont pas agréables à regarder. Plus on zoome sur un sujet plus les tremblements de la main ou du bras sont ressentis.
Il vaut mieux privilégier des plans de valeurs différentes pour un même objet. Une église de loin, puis l'église de près, et un autre plan, l'église dedans.

Les grandes notions de construction de l'image

L'importance des champs


La notion de champ est primordiale
  • Le champ

On entend par champ, toute la partie visible que l'on peut observer quand on regarde l'objectif.
  • Hors champ

C'est tout ce qui ne se voir pas à l'écran mais que l'on suppose.
  • Contre-champs

C'est l'espace qui est censé faire face à ce qui est filmé.
  • La profondeur de champ*

Plus la profondeur est grande, plus un objet filmé sera net de sa partie la plus proche à sa partie la plus lointaine.

Les plans


Selon son cadrage on va choisir dans l'échelle de plans. (Crédit photo : AC de Dijon)

A chaque plan correspond une émotion : le gros plan attire par exemple le spectateur sur une larme, un plan d'ensemble montre un lieu dans son intégralité.

Quel angle de prise de vue choisir ?

  • L'angle normal va situer le téléspectateur au même niveau que le sujet filmé comme s'il était à côté.
  • La plongée, ou vue plongeante, va écraser le sujet filmé et le rendre alors plus vulnérable ou fragile. L'oeil du spectateur « domine » le sujet filmé.
  • La vue en contre-plongée, correspond à la vision d'un passant en bas des tours de Manhattan. On s'en sert pour « grandir » le sujet ou lui donner de l'importance.
  • La prise de vue objective, donne un côté neutre aux personnages.
  • La vue subjective ou camera subjective signifie que les yeux du téléspectateur sont à la place de la caméra.

Mouvements de caméra

Les travellings


Il s'agit des déplacements de la caméra, soit sur des rails, soit à l'épaule soit embarquée dans un véhicule. Ce mouvement souvent horizontal, parfois vertical permet de suivre le mouvement du sujet filmé. On l'utilisera par exemple pour suivre une cascade qui se déroule sur un train en marche.
Voir astuce : Vidéo, faire un bon travelling.

Les panoramiques


Qu'il soit vertical ou horizontal le panoramique correspond à un mouvement de la caméra sur elle-même. Le cadreur reste au même endroit mais va filmer de gauche à droite une course de voitures qui lui passe devant.

Le cadrage


C'est délimiter les limites du cadre de la prise de vue. On choisit ce que l'on veut au premier plan c'est-à-dire, ce que les spectateurs vont voir en premier et à l'arrière plan, ce que l'on voit au fond.

Continuité visuelle


Il s'agit lorsque l'on filme de bien penser à l'enchainement que les images vont avoir entre elles. Il faut que l'histoire filmée semble naturelle. Il faut en fait que les plans entre eux soient raccords.
Ex : une action qui se passe en plein jour et plan suivant dans la nuit n'est pas raccord. Ou bien un personnage qui regarde à gauche, ne peut pas regarder à droite plan suivant.
Voir astuce : Vidéo, éviter les faux raccords
La règle des 180°

Cette règle permet une bonne continuité visuelle. On trace une ligne au sol et les caméras ne peuvent pas la franchir au risque de filer le sujet sous un autre angle ce qui perturberait cette continuité.
Pour changer de plan et franchir cette ligne, il faut filmer un plan neutre dans lequel le sujet est positionné sur cette ligne.
Les mauvais raccords de postures ou de vêtements sont nombreux, la scripte doit donc tout noter scrupuleusement.

Quelques conseils.
  • Faire des mouvements de caméra lents pour ne pas rendre le film indigeste, un panoramique se fera très, très lentement.
  • Prendre de longs plans fixes qui seront utiles au moment du montage.
  • Prendre des plans de situations : panneau du village, parvis d'une église, devanture de restaurant...
  • Prendre de nombreux plans « futiles » qui serviront comme plans de coupe à faire des transitions lors du montage. ( fleur, chaîne de montagne, une rue...

Lumière et éclairage


Au cinéma, il ne s'agit pas de retranscrire la réalité mais de faire vrai !

L'équivalent de l'éclat du soleil ne doit être diffusé que par un seul projecteur ou torche.
Les lumières que l'on appelle secondaires comme les petits projecteurs, ou cadres blanc doivent imiter les réflexions naturelles. (ex : reflet d'un pare-brise)

A ce sujet, lisez l'astuce Comment filmer de nuit

Décors


Au cinéma, le décor reconstitué (fausses façades) ou réel (paysage) donne l'ambiance du film. Ici aussi il n'est pas question de filmer un objet réel mais plutôt ce qui fait « plus vraisemblable ». Un bon décor doit se fondre er être invisible, preuve qu'il correspond bien à la narration ;

La prise de son


Il est préférable d'utiliser un micro externe à un caméscope et de le diriger vers ce que l'on souhaite enregistrer. La perche peut alors être très utile !

Se méfier des bruits d'ambiance qui peuvent gâcher une scène. L'utilité d'un casque pour savoir que l'on enregistre est donc vivement recommandée.

Prise de son
  • Pour les intérieurs ou les voix d'un film, on prendra plutôt un microcardio au bout d'une perche.
  • Pour les voix en extérieur, un hypercardio.
  • Pour une interview, le micro cravate.


Il existe aussi des micros d'ambiance.

© Mihail Kazakov - Fotolia.com

A voir également :

Ce document intitulé «  Tourner un film  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.